3. Mes premiers pas en danse orientale

hafla-halloween

 

J’ai donc franchi, pour la toute première fois, la porte d’une école de danse orientale en 2007. J’ai beaucoup aimé ma professeure, souriante et amusante. Le cours ne durait qu’une heure. Dans mon cas c’était plus 40 minutes. Après ça, je me retirais dans le fond de la classe pour m’étirer. Mon dos ne suivait plus et je souffrais terriblement. Mais le lendemain, j’allais mieux alors je revenais. Puis après seulement quelques cours, j’ai vu une amélioration. Mes mouvements s’amélioraient, je gagnais en amplitude. Je voyais une petite différence dans mes étirements. J’ai persévéré jusqu’à pouvoir faire mon heure entière, avec anti-inflammatoire et antidouleur bien sur. C’était pas facile et j’étais loin d’être bonne, mais je bougeais, c’était le principale.

 

 

spectacle-primeau-poirierBeaucoup s’imagine que si j’enseigne aujourd’hui, c’est parce que j’ai un talent naturel pour la danse. Pas du tout. En fait, la première année que j’ai commencé, j’étais très moyenne. A la limite du “tu devrais peut-être faire autre chose”. J’étais limitée physiquement, mais même mon cerveau ne m’aidait pas. Il ne semblait pas ne pas comprendre comment j’étais supposée bouger. Mon pire mouvement : le shimmy des épaules. Un an et demi… un an et demi a pratiqué assis dans mon divan en me demandant comment j’allais bien pouvoir arriver a faire ce mouvement la un jour. Est-ce que j’allais seulement y arriver? Mes collèges n’avaient pris que quelques semaines pour le réussir, moi j’ai du attendre plus d’un an.

melanie-anna

 

C’est à la troisième année que ça a déclenchée. Les mouvements étaient devenus faciles, j’avais de la facilité avec les enchainements… je prenais de l’avance sur mes collèges. Contrairement à d’autres, j’avais incorporé le baladi dans ma vie. Un petit 10 minutes de shimmy en brassant les pâtes, ondulation du ventre en regardant la télé, maya en attendant l’arrivé d’un ami… ces petites habitudes m’ont complètement changé. Je trouvais ça super, j’avais de la facilité dans mes cours. Je pouvais même aider certaines qui avaient plus de difficulté. J’étais fière. Mais j’ai vite commencé à m’ennuyer dans les cours. Bien que la professeure était très bonne, elle était sans cesse ralentie par des élèves qui n’étaient pas au niveau de la classe.

 

aux-fin-palais

 

J’ai eu plusieurs professeures, chacune avec son style, sa méthodologie. Je voulais explorer, trouver un style que j’aime. La danse orientale est une danse avec tellement de styles différents, avec autant de profs que de style. Bien que j’ai beaucoup appris de chacune d’elles, le fait d’avoir une professeure régulièrr fait en sorte que notre style se calque sur le sien. En fait, j’ai découvert mon style que lorsque j’ai commencé à enseigner.

La suite… Je suis professeure de danse orientale